Skip Navigation Links
Ignorer les liens de navigation
Česky
Deutsch
English
Español
Français
Italiano
Pусский
Ignorer les liens de navigation
Les curiosités naturelles
Zones naturelles protégées (CHKO) et réserves naturelles
Montagnes et collines
L’hydrographie
Les arbres-monuments
Milhostovské mofety ( les Mofettes de Milhostov) 

Les mofettes près de MilhostovL´accès vers les mofettes du sudSur la voie cyclable locale III, indiquée depuis Panorama à Marianské Lázně, nous pouvons arriver à la petite curiosité naturelle de Milhostovské mofety (les Mofettes de Milhostov) classée au patrimoine naturel depuis le 19 mai 1997. On peut y observer dans de petits cratères (les mofettes) des émissions d´oxyde et d'hydrogène sulfuré. Les mofettes se trouvent dans la vallée de Jilmový potok (le Ruisseau de Jilmový) à environ 2 km de Milhostov. La voie cyclable est praticable depuis Milhostov uniquement pour les VTT. Après Milhostov, il faut passer sous le viaduc du chemin de fer et traverser Jilmový potok (le ruisseau de Jilmový). Le chemin de Milhostov est difficile, surtout au printemps lorsque le gué (le niveau d'eau étant élevé) est très pénible à traverser. Après le gué, la voie cyclable conduit en aval du ruisseau et au bout d´environ 500 mètres, le chemin fait une boucle de 1,5 km de long sur la rive gauche du ruisseau pour le rejoindre ensuite de nouveau. À l'endroit où se trouve indiquée la voie cyclable, il y a un sentier qui mène vers le ruisseau et de l'autre côté du chemin, au sud, il y a un virage pour tourner sur le sentier tracé par la flèche jauneEn prenant ce sentier marqué en jaune, nous arrivons, au bout de 200 mètres, aux mofettes. Ce sentier est beaucoup plus praticable durant les gelées car quand le sol est gelé, on ne s´enfonce pas dans le marais.
Pour beaucoup de visiteurs, l´effort pour trouver les Mofettes de Milhostov peut être plutôt accompagné par la déception car on n´y voit que trois petites dépressions dans le sol. La dépression du milieu sent, près du sol, le sulfure d'hydrogène et on y trouve souvent des animaux morts, asphyxiés par les fuites de gaz. Les dépressions sont sèches, sans eau et on n´y voit rien de plus intéressant. 
Les visiteurs déçus sont ici les plus nombreux et ceux qui n´arrivent pas à l´assumer laissent au moins ici les traces de leur tristesse. Toutefois, en termes de conservation de la nature, les points d´émergence des gaz d´hydrogène sulfuré sont un monument naturel de valeur.