Skip Navigation Links
Ignorer les liens de navigation
Česky
Deutsch
English
Español
Français
Italiano
Pусский
Ignorer les liens de navigation
Les curiosités naturelles
Zones naturelles protégées (CHKO) et réserves naturelles
Montagnes et collines
L’hydrographie
Les arbres-monuments
Les arbres, leur protection, les arbres-monuments de la région 

Les arbres… Ils nous protègent du soleil, on s’y abrite de la pluie, on sent leur odeur, on entend le murmure des feuilles… Savez-vous que nos ancêtres les protégeaient déjà au 12e siècle? Comment s´occupe-t-on d’eux aujourd´hui? Partez avec nous sur les pas des arbres-monuments de la région de Karlovy Vary.

Arbre
  • Définition Wikipedia
  • Galerie des arbres-monuments de la région de Karlovy Vary 
  • Base de données des arbres déclarés monuments
  • Base dedonnées des arbres-monuments présentés
  • La protection des arbres par le passé

    La protection des arbres au Moyen Âge était étroitement liée à la protection des forêts. Un des plus anciens décrets que l’on ait sauvegardés sur la gestion de la forêt et sur les peines encourues pour dégradation est „la Loi du duc Konrád Oto“ de 1189. Des peines pour l´abattage des arbres sans autorisation peuvent aussi se trouver dans la Loi de la ville de Jihlava et dans le livre du Vieux Monsieur de Rozenberk vers l’an 1360. .

    Au chapitre 50 du projet Majestas Carolinas de Charles IV en 1348 on peut lire: «Ces forêts nôtres si particulières et magnifiquement vastes, nous (le Roi) voudrions non seulement les conserver entières mais aussi les protéger contre toute exploitation. Pour ce faire, nous ordonnons de les conserver inviolables pour l´éternité.» “ En 1355, Charles IV a annulé la Majestas Carolinas sous la pression de la Diète des Nobles. 

    En 1754, l’impératrice-reine Marie-Thérèse publie "l´Ordre forestier" qui, progressiste pour son époque, approfondit les mesures de protection et de gestion des forêts. Alexander von Humboldt (1769-1859), professeur de l´université de Berlin, a le premier utilisé le terme de monument naturel pour les vieux arbres monumentaux rencontrés pendant son expédition scientifique en Amérique du Sud de 1799 à 1804. 

    L´histoire de la protection des arbres-monuments aux 19e et 20e siècles est étroitement liée dans notre pays à la création et au travail des cercles d‘embellissement. Le 30 octobre 1904, à la taverne „U Choděrů“ fut créée l´Union des cercles d’embellissement tchèques du royaume de Bohême siégeant à Prague. En 1905, on l’appelle Union des cercles tchèques d’embellissement de Bohême, Moravie et Silésie. Après la création de la république Tchécoslovaque, l´Union s´est transformée en Union des cercles tchécoslovaques pour l’embellissement et la protection de la patrie à Prague. 

    L´Union publie de 1904 jusqu’au début des années 50 un intéressant magazine intitulé «La beauté de notre patrie» dans lequel on peut même encore aujourd’hui trouver beaucoup d’informations sur la protection des arbres-monuments.

    En 1899, Jan Evangelista Chadt Ševínský publiait un premier répertoire des arbres-monuments de Bohême. En 1908, dans la revue "Český lid" (Peuple tchèque) XVIIe année en édition spéciale, il recensait les «Vieux arbres-monuments de Bohême, Moravie et Silésie» avec description de 165 arbres rares et 30 illustrations. Une édition élargie, avec description des 320 arbres rares et 160 illustrations d‘espèces remarquables, est sortie en 1913 et ensuite sous la forme d’un tiré à part dans le livre «Histoire des forêts et de la sylviculture». Cette liste détaillée, établie à l´aide de nombreux contributeurs, nous sert jusqu’à aujourd‘hui comme source précieuse d informations sur nos arbres-monuments. 

    La protection des arbres aujourd´hui 

    Selon l’article 46 (paragraphe 1 de la loi n° 114/1992) du Code de protection de la nature et du paysage, il est possible que des arbres particulièrement remarquables, en bosquets ou en allées, soient déclarés « arbres-monuments » par décision de l’autorité de protection de la nature. Pour la sécurité des arbres-monuments face aux actions nuisibles, il est loisible à l’autorité de protection de la nature de définir pour eux une zone protégée, de fixer les conditions de cette protection et de définir les activités permises dans cette zone. 

    Si une zone protégée n´est pas définie, chaque arbre historique a, de par la loi, une zone protégée initiale et circulaire d‘un rayon équivalent à dix fois celui du volume de l’arbre à 130 cm du sol. La loi définit également les conditions fondamentales de protection de cette zone pour qu’aucune activité nuisible à l’arbre-monument n’y soit autorisée (art. 46, paragraphe 3 de la loi susmentionnée).

    Des arbres, des bosquets ou des allées peuvent être déclarés monuments en fonction de la présence d’essences particulières ou précieuses, de la taille, de l’âge, de leur prédominance dans le paysage, d’essences historiquement considérées comme des monuments ou qui rappellent des événements historiques, des mythes ou des légendes. 

    Une démarche pour qu’un arbre soit reconnu comme monument peut être présentée à l’organisme de protection de la nature par n’importe quel citoyen. 

    Des arbres, des bosquets ou des allées ainsi que leurs ceintures de protection peuvent être déclarés monuments (art. 76, paragraphe 2, lettre d, paragraphe 3, paragraphe 4 de la loi n°114/92 du Code) par les mairies accréditées, les mairies des villes statutaires (Code du Conseil national tchèque n°11401990 du Recueil), la Municipalité de Prague, l’administration des parc nationaux, les administrations des zone naturelles protégées dans le cadre de leur activité territoriale (dans leur circonscription territoriale mais non dans les zones protégées des parcs nationaux ou dans les zones naturelles protégées CHKO).

    L’annulation de cette protection, même si ce cas ne devrait pas exister, relèverait de la compétence du ministère de l’environnement de République tchèque pour les territoires des réserves naturelles nationales et des monuments naturels nationaux. Sur les territoires des réserves naturelles et sur les monuments naturels (excepté les territoires des zones naturelles protégées et des parcs nationaux), cette compétence appartiendrait à l‘administration du district. 

    L´annulation de la protection des arbres-monuments appartient à l‘administration du district (article 77, paragraphe 1 de la loi N°114/1992 du Recueil). Sur le territoire des parcs nationaux, des zones naturelles protégées et de leurs ceintures de protection, l’annulation appartient aux Administrations des parcs nationaux et des zones naturelles protégées (article 78, paragraphe 1 du Recueil). 

    Il convient de souligner que la mairie n’est pas compétente pour autoriser l’abattage des essences décrétées arbres-monuments sans que l’autorité de protection de la nature n’annule leur protection (voir paragraphe précédent).