Skip Navigation Links
Ignorer les liens de navigation
Česky
Deutsch
English
Español
Français
Italiano
Pусский
Ignorer les liens de navigation
Informations générales
Pour les visiteurs de la région
TOP TEN
Hébergement
Les informations pratiquesExpand Les informations pratiques
Les institutions culturellesExpand Les institutions culturelles
Le thermalismeExpand Le thermalisme
NatureExpand Nature
Destinations touristiquesExpand Destinations touristiques
Sur les pas de l´HistoireExpand Sur les pas de l´Histoire
L´homme change le visage du paysageExpand L´homme change le visage du paysage
En mouvementExpand En mouvement
CuriositésExpand Curiosités
Photo galerie
Visites virtuelles de la région
TOP TEN 

Paysage

Notre région possède de nombreux attraits. Nous en avons choisi quelques-uns pour vous. Partez en balade vers des endroits exceptionnels, goutez nos spécialités…

Vous allez comprendre ce que sont les incontournables de la région de Karlovy Vary quand…on évoque les thermes, la Becherovka, les gaufres thermales, le festival international du film de Karlovy Vary ou la course Charles.

La station thermale la plus connue

Karlovy VaryKarlovy Vary et son festival du filmC´est sans doute la ville de Karlovy Vary. Son événement culturel le plus important est le Festival international du film mais le théâtre et la musique ont eux aussi leurs traditions (l´orchestre symphonique de Karlovy Vary est né en 1835 et c’est un des plus vieux d’Europe). Le golf triomphe parmi les activités sportives mais il y a aussi les courses de chevaux, le tennis etc. Karlovy Vary peut se prévaloir de plusieurs produits typiques : la liqueur Becherovka, les verreries de la marque Moser et la production séculaire de porcelaines.



Karlovy Vary et son festival du filmL´obélisque près de la poste principaleParmi les visiteurs de Karlovy Vary, on compte des personnalités comme le tsar Pierre le Grand, l´impératrice Marie-Thérèse, l´impératrice des Français Marie-Louise d’Autriche, l´empereur François-Joseph Ier, Johann Sebastian Bach, Johann Wolfgang von Goethe, Giacomo Casanova, Friedrich Schiller, Ludwig van Beethoven, Karl Marx, Richard Strauss et beaucoup d´autres. Les sources thermales de Karlovy Vary sont uniques grâce à leurs composants. Elles font partie des eaux minérales les plus efficaces au monde. La plus abondante des sources, “Vřídlo“, jaillit d’une profondeur de 2000m avec 1500 litres par minute. Elle est caractérisée par une pureté absolu qu´on ne trouve plus aujourd´hui dans les eaux en surface. 
             

Douze sources de Karlovy Vary servent aux cures de boisson dont l’efficacité n´a pas diminuée avec les progrès médicaux. L´usage externe de l´eau minérale dans le large cadre des procédures thermales renforce les effets du traitement. La quantité d’eau, la durée du traitement et le choix de la source sont déterminés par un médecin spécialisé dans les eaux.

Les plus beaux sites naturels

SOOSLa réserve naturele SOOS
Elle se trouve à 6 km au nord-est de Františkovy Lázně. Elle a été proclamée réserve naturelle en 1964 sur une surface de 221 ha. Elle est accessible en partie sur un sentier éducatif de 1,2 km de long comportant des descriptions et des explications. Il s´agit de vastes tourbières et de marécages d´où jaillissent de nombreuses sources minérales et du dioxyde de carbone pur par les cratères palustres « mofety ». Le sentier éducatif passe par le fond asséché d’un lac qui était rempli d’une eau minérale salée. Aujourd´hui, nous y trouvons quelque chose de rare en Europe : une accumulation de terres d´infusoires formées par des squelettes de diatomées sédimentées au fond du lac. C´est un paysage lunaire raviné par l´érosion et recouvert d´une couche jaune et blanche de sels minéraux. Dans la réserve vivent un grand nombre d’espèces animales protégées ainsi que beaucoup de plantes marécageuses et halophytes. 

KladskáKladská
En 1875, le comte Schönburg-Waldenburg acheta de vastes territoires boisés près de l´étang de Kladská à une altitude de 814 mètres. Il y fit construire un pavillon de chasse entre 1877 et 1878 dans le style d’un chalet suisse de l´exposition de Vienne.

Au tournant du siècle, cinq chalets supplémentaires furent construits. Un sentier éducatif de 1,5 km longe l´étang de Kladská sur des tourbières. Depuis 1933, la zone formée de trois vastes tourbieres forestières a été déclarée réserve naturelle de Kladské rašeliny (les tourbieres de Kladská). Il s´agit d´une zone de 600m2 qui concerne quatre districts.

Vlčí jámy (les Fosses aux loups)Vlčí jámy (les Fosses aux loups)
Lors d’une excursion sur le sentier éducatif, vous pouvez faire connaissance avec quelques curiosités naturelles qui renforcent l´originalité de la région des monts Métallifères. Dans les endroits où le gisement de minerai sortait apparaissait à la surface, on avançait vers le sous-sol par terrassement puis on creusait des galeries. De temps en temps, il arrivait que les plafonds s’effondrent avec les parois voisines. C´est ainsi qu´a était créé le plus grand affaissement des Fosses aux loups de la mine de Wolfgang, long de 120 mètres et large de 14. C’est grâce à lui qu’on a pu découvrir le reste des galeries de la mine. Le sentier éducatif de Vlčí jámy (les Fosses aux loups) commence sur la place Svatý Vavřinec (St-Laurent) á Horní Blatná et finit près du musée. Il y a en sept arrêts en tout et il fait 5,5 km de long. Une partie du sentier éducatif dessert aussi Blatenský vrch (le pic de Blatná) avec son belvédère duquel la vue sur les environs est magnifique. Cet itinéraire est relié au célèbre Blatenský příkop (le fossé aquatique de Horní Blatná).

Les monuments historiques les plus intéressants

Le château et le château fort de BečovParmi eux se trouvent le château de Bečov et celui de Loket dont le roi Charles IV n’avait pas de bons souvenirs. En effet, quand il était enfant, son père Jean de Luxembourg l’y emprisonna. Partons, par exemple, visiter l´Hôtel royal de la Monnaie à Jáchymov. L’ensemble des mines de Jáchymov a été créé vers 1516 par le comte Štěpán Šlik. L´exploitation de l´argent s´y est alors développé d´une façon si satisfaisante qu’on ne peut être surpris de l’émergence d’une ville minière dès 1520. Comme les Šlik avaient le droit de battre monnaie, ils firent construire l’ostentatoire bâtiment Renaissance de l´Hôtel de la Monnaie entre 1534 et 1546.

JáchymovEn 1964, le musée municipal de Jáchymov déménagea dans le bâtiment. Il fait aujourd’hui partie du musée régional de Karlovy Vary. L´Hôtel de la Monnaie est un édifice à quatre ailes d´un étage sur deux cours. L’angle de la façade orientée vers la place est garni d´un oriel richement décoré. L´exposition actuelle du musée se nomme “Jáchymov dans le miroir du temps“. Elle se déroule en 15 salles sur deux étages. Une partie de l’itinéraire passe par une cours impressionnante ainsi que par les vastes caves anciennes de l´Hôtel de la Monnaie. On y trouve une petite exposition d’éléments en pierre de Jáchymov et des environs (par exemple les portails gothiques flamboyants ou Renaissance des maison).

Un des monuments techniques importants d’Europe centrale, la hotte (grande cheminée évacuant la fumée et les émanations nocives des locaux d´ étude et de frappe de la monnaie) a été emmurée pendant plusieurs siècles et n’a été redécouverte que lors de la rénovation du bâtiments en 1885.

Le château de Seeberg est un autre monument intéressant. Il a été construit au 12ème siècle et servait de forteresse militaire défensive pour la guerre lors de la colonisation allemande de la région de Cheb. Aujourd´hui, on y trouve quelques expositions. Des expositions temporaires se déroulent dans une salle à l’entrée. Ensuite, vous trouverez une exposition sur la porcelaine de Karlovy Vary. Les expositions du rez-de-chaussée et du sous-sol sont enrichies de meubles anciens qui créent une ambiance particulière dans ce cadre historique. L’exposition principale sur l´histoire du mobilier et des intérieurs du 19ème siècle se trouve aux premier et deuxième étages.

Vous pourrez y voir quelques salles décorées de meubles ainsi que des accessoires en verre et en porcelaine de style différents. Vous aurez la possibilité d’y admirer le style bourgeois Empire, le Biedermeier, le néo rococo, le néogothique, le néo renaissance et le Chippendale. Vous pouvez vous promener seul et sans guide grâce aux notices détaillées. Dans une des pièces se trouve la cuisine noire gothique que vous pourrez admirer à travers une vitre. Il y a également une grande salle, probablement la salle de banquet de l’époque, munie d’un petit balcon malheureusement inaccessible au public duquel la vue sur les environs doit être magnifique. Aujourd´hui, diverses fêtes et mariages y sont organisés. 

L´endroit le plus mystérieux

KudrumSi vous voulez vous laisser entrainer par le mystère, partez à la découverte du mont Krudum. Tout le territoire des environs d’Horní Slavkov, Krásno et Loket est étroitement lié à cette montagne. Les habitants d´origine racontent beaucoup de vieilles légendes plongeant leurs racines au plus profond du Moyen Âge ou de périodes plus anciennes. Les thèmes couvrent un grand nombre d’événements sociaux et historiques. Beaucoup de légendes sont liées au monde animal. Les gens ont, par leurs récits, ressuscité une histoire et un paysage magique avec ses personnages surnaturels et étranges. Les montagnes, les rochers et le sous-sol sont le domaine des nains. La rivière Ohře et les eaux profondes sont habitées par des ondins et des naïades magnifiques qui ont, par leur beauté, enchanté plus d’un jeune homme. Dans les noires forêts profondes et les marais, les gens apercevaient des nids de diables, de mauvaises fées des bois, des feux follets et des hejkal sournois (créatures poussant des cris terrifiants). Toutes les générations ont raconté des histoires sur ces créatures mythiques mais aussi sur de cruels chevaliers, de mystérieux Vénitiens et de magnifiques trésors.

KrudumOn raconte de Krudum qu´il a une tête verte (la forêt), un cœur en argent (les minerais argentifères) et un talon en or (on trouvait autrefois de l’or dans les marais aux pieds de la montagne). De Plzeň à Chomutov, les parents disaient à leurs enfants : « Si tu es sage, Saint-Nicolas t’apportera un joli cadeau mais si tu n´est pas sage, il te prendra avec lui sur Krudum ». On racontait qu’il avait sa maison sur cette montagne et que c’est de là-bas qu’il ramenait des cadeaux. Souvent les gens ne savaient même pas où se trouvait le mystérieux Krudum. Cette histoire est tres liée à l’ancienne église Saint-Nicolas qui se trouvait au pied de la montagne au Moyen Âge, au carrefour des chemins de Hrušková, Třídomí et Nadlesí, à laquelle sont liées beaucoup d’autres légendes. Aujourd´hui, l´église présente un grand intérêt pour les archéologues.

La source la plus chaude

Vřídlo

C´est bien évidemment Vřídlo (la source chaude). Sa température est de 73°C. Elle jaillit en geyser jusqu’à une hauteur de 14 mètres. L´histoire du premier captage date du 16ème siècle. À cette époque, elle se nommait Brudel, Sprudel ou Fous. Jusqu’à cette époque n’apparaissaient seulement que les sources naturelles de la vallée de la petite rivière Teplá. Les précautions adoptées pour ces jaillissements naturels consistaient à les protéger des inondations. Leurs eaux approvisionnaient les salles de bains. Un premier captage eu lieu en 1571. Jusqu´à cette époque, l´eau de source n´était pas utilisée et s’écoulait librement. Vřídlo a été captée sur la rive gauche de la rivière Teplá.

Présentons quelques constructions liées à Vřídlo. En premier lieu, rappelons les thermes municipaux, constructions baroques de 1774 remplacés 50 ans plus tard par une colonnade de style Empire. La colonnade en fonte a été remplacée par une construction en bois. La colonnade d’aujourd’hui, connue dans le monde entier, a été construite entre 1967 et 1969. Les premiers sondages étaient peu profonds car grâce à la pression il n’y avait aucun problème pour alimenter les établissements thermaux. Les patients profitaient des bains et de la consommation d’eaux curatives. Plus tard, sur la base de recherches, quatre sondages obliques furent effectués à une profondeur de 48 à 49 mètres.

Aujourd´hui, presque tous les visiteurs de Karlovy Vary visitent la colonnade. Qui ne peut se laisser contraindre à s’arrêter un moment devant ce geyser jaillissant jusqu’à 14 mètres de hauteur et à admirer cette énergie ininterrompue des profondeurs de la Terre?

Le sommet le plus haut

KlínovecKlínovec (Keilberg en allemand), 1 244 mètres d´altitude, est une montagne de la Bohême du Nord-Ouest, le plus haut sommet des monts Métallifères. Au sommet se trouvent un hôtel actuellement fermé, un belvédère de 24 mètres de haut et une tour de télécommunication d’une hauteur de 80 mètres. Un télésiège le rejoint de Jáchymov. Le belvédère et l´hôtel sont les bâtiments les plus anciens et les plus hauts placés des monts Métallifères. Le versant nord possède une station de ski tres appréciée. 

Klínovec ne se trouve pas loin de Boží Dar, à 4km au nord-est de Jáchymov, dans le district de Karlovy Vary, sur le faîte des monts Métallifères. À 2 km au nord-ouest se trouvent la frontière avec l´Allemagne et la commune de Boží Dar. Sous le versant nord se trouve la ville d´eau allemande d’Oberwiesenthal, au dessus de laquelle se dresse le massif montagneux de Fichtelberg qui est de 30 mètres inferieur à Klínovec. À l´est, le long du ruisseau frontalier Polava, qui prend sa source sur les pentes du Klínovec en Allemagne, se trouve la ville tchèque de Loučná pod Klínovcem (Loučná sous Klínovec). Plus à l´est, derrière un faîte nu et plat, se trouve la petite commune de Háj u Loučné. La temperature moyenne annuelle de l´air est de 2,6°C. La pluviométrie annuelle est environ de 986 mm.

Les premières notes sur Klínovec sont de Johannes Mathesius au 16ème siècle. Klínovec est mentionné pour des avalanches qui ont causé des victimes humaines, la destruction de forêts et l´endommagement de quelques maisons. Par le passé, la région de Klínovec s´appelait Bartum ou Bartholomäusberg. On utilisait également le nom de Sonnenwirbel. En 1817, la ville de Jáchymov fit construire un belvédère sur le sommet. Il fut incendié en 1868. Ce belvédère était souvent visité par les clients des établissements thermaux de Karlovy Vary. Ils y venaient en carrioles tirées par des chevaux. En 1883, le cercle des monts Métallifères de Jáchymov commença la construction d’un belvédère en pierre. Celui-ci fut solennellement inauguré sous le nom « Kaiser-Franz-Joseph-Turm » (Tour de l’empereur François-Joseph) en août de la même année.

La tour, haute de 24 mètres, se trouve toujours sur le sommet mais dans un très mauvais état. Elle est actuellement en rénovation ainsi que l’hôtel. 75 marches mènent au sommet. Le nombre de visiteurs a rapidement augmenté. En 1885, sur les 6000 personnes qui ont visité le sommet, seules 4623 sont montées sur la tour à cause, selon le récit d´un contemporain, de la difficulté physique de la montée et de l´espace très étroit de l’escalier. À cause d’un vent fort soufflant presque toute l´année, la plate-forme du haut a été recouverte d’un toit en verre en 1888. Le prix d’entrée était à cette époque de 10 kreutzers. 

Avec le développement du tourisme, on a décidé de rajouter une annexe pour l´hébergement. Celle-ci a été ouverte le 18 aout 1893. Elle fonctionnait du 1er mai au 30 septembre. Mis à part l´hébergement provisoire pour dix personnes, des plats chauds et froids étaient proposés. Avec l´annexe, une écurie pour huit chevaux a été construite. En juin 1897, un bureau de poste a été établi à Klínovec, distribuant 7000 courriers par Boží Dar le premier été. En 1907, un nouveau bâtiment a été construit avec un hall spacieux et un plafond à caissons représentant les écussons des villes des monts Métallifères. A l´occasion de l´exposition jubilaire organisé en l´honneur de François-Joseph Ier y étaient exposés des produits de l’industrie et de l’artisanat de la partie tchèque des monts Métallifères. 

Avant la première guerre mondiale, l´hôtel a été agrandi et on a ajouté un étage. Au même moment, les écuries étaient transformées en nouveaux locaux d´hébergement et tout le complexe a été recouvert de bois comme aujourd´hui. En 1913, l´hôtel comptait 40 chambres pour un total de 80 personnes. Mises à part des écuries pour 35 chevaux, il y avait aussi un garage pour les automobiles. Avec la création de la Tchécoslovaquie, le nom allemand de la montagne a disparu et on a tout d´abord choisi et utilisé le nom de Klín. Durant la seconde moitié du 20ème siècle, le nom Klínovec a été définitivement fixé.  

Il y avait autrefois au sommet une station météorologique. Le nombre de touristes a surtout rapidement augmenté grâce a la construction d’une route jusqu´au sommet et par une liaison régulière en autobus depuis Karlovy Vary. A la fin des années 20, le complexe a été de nouveau agrandi et le nombre de lits est passé à 100. L´auberge était tenu par la famille Wohlrab. Il y avait trois grandes salles : la salle Dotzauer, le hall Sobitschka et la salle Müller. Cette dernière a été nommée à la mémoire d’Anton Müller, inspecteur scolaire du district et président de longue date du cercle des monts Métallifères de Jáchymov. Des pistes de ski et de luge ont été créées pour les sports d´hiver. 

Un tremplin de saut à ski est en service depuis 1922 dans la direction d´Oberwiesenthal. Le record local de 50 mètres n´a pas été battu depuis plusieurs années. Avant la deuxième guerre mondiale, l´hôtel avait une capacité de 112 places. Apres la guerre, la montagne a officiellement portée un nom tchèque. Le flot de touristes allemands s´est estompé et ne s´est renouvelé qu´en 1972 après la suppression des visas obligatoires pour les citoyens de RDA.

La rivière la plus longue…,

Celle qui traverse la région de Karlovy Vary est l’Ohře. Elle est longue de 316 km (dont 256 km en République tchèque). Son bassin est de 5614 km². Elle prend sa source en Bavière sous la montagne Schneeberg, dans la réserve naturelle de Fichtelgebirge. La source se trouve près de la ville Weissen-Stadt (environ 35 km de Cheb). Elle passe par un paysage vallonné jusqu´à Kadaň puis crée de nombreux méandres après avoir traversé le bassin du barrage de Nechranice.

OhřeL’Ohře est le deuxième plus grand affluent de l´Elbe dans lequel elle se jette à Litoměřice. Elle possède un haut débit au printemps. Le débit moyen à son embouchure est de 37,94 m³/s. Tout l’aval du cours se trouve dans la zone à la pluviométrie la plus faible en République tchèque (moins que 500 mm). Elle sert à l´irrigation et à la fabrication d´énergie hydraulique. On trouve deux bassins de barrage sur son cours : Skalka (construit de 1962 à 1964 avec une surface de 378 ha) et Nechranice (construit de 1961 à 1968 avec une surface de 1338 ha).

Parmi les villes importantes qui se trouvent sur la rivière, on compte Cheb, Sokolov, Karlovy Vary (la station thermale à l’embouchure de la Teplá), Klášterec nad Ohří, Kadaň, Žatec, Louny, Terezín et Litoměřice. Le secteur le plus recherché par les amateurs de sport nautiques est Loket – Vojkovice. C’est un endroit possédant beaucoup d’attractions nautiques et touristiques comme Loket, Svatošské skály (les rocs de Svatoš), Karlovy Vary, les rapides d´entraînement d’Hubertus, Kyselka ainsi que les deux périlleuses chutes d´eau de Tuhnice et Radošov.

Le nom Ohře vient probablement du nom celte Agara (Ag voulant dire « saumon » et Ara « eau fluide »). D´où le nom allemand Eger. Une autre théorie relie le nom celte ou pré-celte aux sens de « souplesse » et de « libéré ».

Le trésor le plus connus 


reliquaire de Saint-MaureLa région de Karlovy Vary possède un véritable trésor. Selon les spécialistes on peut le placer directement derrière les joyaux de la couronne de Bohême. Si vous pensez qu´il s’agit du reliquaire de Saint-Maure, vous avez trouvé la bonne réponse.
Le reliquaire de Saint-Maure est un travail d´art mosan du premier quart du 13ème siècle. C’est une œuvre d´orfèvrerie romane d´une qualité artisanale et artistique exceptionnelle. C’est une composition unique sur le territoire de la République tchèque. Au 11ème siècle, à Florennes (en Belgique actuelle), un monastère bénédictin a été créé. Il recueillit régulièrement un nombre important de reliques dont celles de Saint-Jean-Baptiste, de Saint-Maure et de Saint-Timothée. Un reliquaire majestueux en forme de petite maison fut confectionné au début du 13ème siècle. Sur une base en chêne, les artistes du Moyen Âge appliquèrent des filigranes de cuivre dorés enchâssés de pierres précieuses et de petites plaques en émail décorées d’ornements géométriques.

Le reliquaire de Saint-Maure est resté le seul de son espèce à ne pas être propriété de l’Eglise. Il appartenait à la famille de Beaufort comme le château de Bečov. A la fin de deuxième guerre mondiale, les Beaufort, aristocrates sympathisants de l´Allemagne nazie, ont du quitter la Tchécoslovaquie. Heinrich et Friedrich Beaufort étaient, selon les archives, des membres du NSDAP et des SS. Avant de se sauver, ils cachèrent probablement le reliquaire dans la crypte de la chapelle du château en espérant le récupérer par la suite. La précieuse œuvre dut attendre 40 ans dans la terre, exposée à l´humidité et à la corrosion. 

La mission « Antiquités » débuta à l’automne 1984. Ce fut une enquête sans précédent dans l´histoire de la criminologie car on ne savait ni quoi ni où chercher. L´unique information était qu’en Bohême de l’Ouest, à environ 150 km de Nuremberg, se trouvait un objet d´une valeur historique inestimable, cachée pendant la 2ème guerre mondiale ou peu après. L´objet ne devait pas être très grand mais connu dans le milieu de l’art. Il ne devait avoir aucun lien avec l´histoire de la Tchécoslovaquie. L’enquête fut compliquée mais aboutit le 5 novembre 1985 quand, sous le sol de la chapelle du château, le reliquaire de Saint-Maure retrouva la lumière du jour après 40 ans passés sous des monceaux de terre.  

Le long et mystérieux « Cas Saint-Maure » trouva une fin heureuse au printemps 2002 quand, après une restauration compliquée, il fut remis à sa place au château de Bečov et exposé dans sa splendeur initiale. Cette œuvre maitresse de l’art roman, la plus précieuse en République tchèque a été inscrite par le gouvernement sur la liste des monuments culturels nationaux. 

Le belvédère le plus à l’ouest

Le belvédère de HájLe belvédère de Háj u Aše se dresse sur le sommet du même nom à environ 1 km d´Aš. La construction, effectuée entre 1902 et 1904, a duré trois ans.

Il a été construit selon les plans de l’architecte Wilhelm Kreis. Ce belvédère solide, haut de 34 mètres, est absolument unique chez nous. Le belvédère possède quatre étages panoramiques desquels vous pouvez admirer les beautés lointaines de la région de Karlovy Vary et de la partie limitrophe de l´Allemagne.

 


Le lieu de pèlerinage le plus important

Chlum sv. Maří (Chlum de Sainte-Marie-Madeleine)
Chlum sv. Maří (Chlum de Sainte-Marie-Madeleine)La première mention de Chlum de Sainte-Marie-Madeleine date de 1341 bien que le peuplement du lieu soit beaucoup plus ancien. Au 13ème siècle, il y avait déjà une statue de Notre-Dame et une chapelle en bois. Celle-ci fut remplacée en 1400 par en église en pierre, l´église de l´Assomption de Notre-Dame et Marie-Madelaine. Les pèlerins qui arrivaient à Chlum étaient pris en charge par les membres de l´ordre des Croisés de l´Étoile rouge et créèrent un hameau près de la chapelle. Les miracles et les mystères liés au lieu ainsi que son histoire ont donnés naissance à de nombreuses légendes qui tentaient de les expliquer. 
           
Chlum sv. Maří (Chlum de Sainte-Marie-Madeleine)Ainsi sont nées les légendes sur l´apparition de la Madone, sur les bandits de Chlum et les cloches de l´église. Apres la guerre de 30 ans, les pèlerinages se multipliant, l´archevêque de Prague et grand maitre Jan Bedřich Valdštejn transforma la paroisse en prévôté, ce qui donna une impulsion à la construction d’une nouvelle église et d´une aire de pèlerinage. Le bâtiment baroque a été complètement terminé en 1728 selon les plans de K. Dienzenhofer.

En 1960, le nom de la commune a été modifié en Chlum nad Ohří (Chlum sur Ohře). C´est après 30 longues années qu´elle a retrouvé son nom d´origine - Chlum sv. Máří (Chlum de Sainte-Marie-Madeleine) - et qu’elle restera probablement encore longtemps le lieu de pèlerinage favori pour des croyants de République tchèque et d’ailleurs.